À PROPOS

Vit et travaille en région parisienne, (atelier à La Fabrique, Ivry S/ Seine). 


- Expositions 

 

"Format de poche", (exposition collective), l'Abstract Project (centre d'art), Paris, 2017.

Exposition des finalistes du prix "Novembre à Vitry", (exposition collective), Galerie municipale Jean-Collet, Vitry-sur-Seine, 2017.

"Minimenta", (évènement réparti sur plusieurs lieux ; exposition collective), l'Abstract Project (centre d'art), Paris, 2017.

"Hors les murs" des Réalités Nouvelles, (exposition collective), Château de la Veyrie, Bernin (Isère), 2017.

"Juste quelques coins", (solo), l'Openbach, (Gestion : Labolic et Plateauurbain), Paris, 2017.

"Reclaiming Space", (exposition collective), Off Quay (Gestion : Ugly Duck), Londres, 2017.

Artiste invité des Réalités Nouvelles, (exposition collective), l'Abstract Project (centre d'art), Paris, 2016.


Démarche de travail -

 

Depuis quelque temps maintenant j’ai constitué une collection d’images, sources de mon travail, que je continue d’augmenter presque compulsivement. Comme l’amnésique qui prend ses notes pour se souvenir, je conserve les traces de formes et de compositions quotidiennes de peu d’importance mais qui, à un instant précis et sous un angle particulier, retiennent mon attention. Je photographie les encombrants, le mobilier urbains, les objets délaissés et oubliés, pour ensuite les trier, les classer puis les sélectionner progressivement comme bases de mes travaux.

Les images choisies font l’objet d’un travail formel. Elles deviennent la caution d’une recherche plastique durant laquelle, je dépouille la source pour tenter de me rapprocher de l’équilibre qui avait suscité mon attention. Ces formes abandonnées deviennent ainsi l'objet d’une concentration et le sujet de productions picturales (planes ou en volume).

Cette action de conservation m’a amené progressivement à considérer ces images, au-delà de leurs enjeux esthétiques, comme des marques de souvenirs quotidiens, des traces de mes parcours, de mes passages. En cela, elles se présentaient comme des moyens de délimiter des espaces, de les baliser.

Suivant cette idée, j’ai orienté mon travail vers l’installation de lieux de présentation proposant un rapprochement de ces productions. L’image source est sortie de son enclave initiale mais elle en porte la trace dans son nouvel espace. Les productions obtenues sont alors présentées au sein de décors qui sont comme les épures d'environnements, autant communs que  personnels. Il s’agit d’espaces organisés comme des pensées à taille humaine où formes et souvenirs se répondent pour parler finalement de la place de l’intime dans l’espace commun.